Elle est mignonne, la psychiatre. Pas moi, non, l'autre, celle que j'ai vue pour avoir un œil professionnel sur mon humeur.

Bah tout ça n'est qu'un chagrin d'amour. En filigrane une dépendance affective selon elle. Puisque j'ai "toujours été en couple". Puisque j'ai tout quitté, amis, famille, boulot, pour une amoureuse.

Aujourd'hui, je ne suis pas en couple. J'ai tout quitté, tout ce que j'avais construit à nouveau, dans l'autre sens. Évidemment, on ne retrouve pas ce qu'on a laissé en partant. Les liens les plus distants, les plus souples, sont ceux qui ont le mieux résisté, avec les liens pros.

Aujourd'hui, je loue un appart lumineux et immense pour ma fille, mon chat et moi. Et quelques poissons rescapés. Des livres. Des fleurs. Un piano. Ma combi de plongée, nos skis, nos affaires de cheval, quelques clubs de golf sagement rangés qui signent mieux que tout combien nous n'appartenons déjà plus au commun des mortels... Le gentil technicien d'EDF s'était écrié "oh, on pourrait mettre trois familles ici". Je n'ai pas osé dire que nous serions deux. Des tas de petits sachets de chez Kokopelli. Des magnets du Parti Pirate sur le frigo, quelle snob, je pourrais aller au NPA. Peut-être qu'ils ne voudraient pas de moi, comme le crédit coopératif qui refuse mes sous.

"Êtes-vous capable de vivre seule?"

Capable? Certainement, oui, je vais savoir mener ma barque, prendre soin de marmousette. Travailler, gagner de l'argent, beaucoup plus que la plupart des gens. C'est indécent. En même temps, je suis une femme, seule, et mère. Je vais travailler moins, pour investir d'autres champs, au propre comme au figuré. Ou pas, et j'vais faire du fric et d'la déprime. Possiblement les cumuler.

Sauf que je trouve ça nul, triste. Je pourrais avoir plein d'amis, une vie sociale plus riche, réouvrir ma maison. Oui, ce serait un bon début quelle que soit la suite. J'ai plein d'idées séduisantes, utiles, et je ne sais pas trop encore avec quel courage elles vont avancer. Y en a de toutes les tailles et tous les budgets, il faudra juste choisir à un moment. Ça fera une vie riche. N'empêche.

J'aime aimer. Il n'y a rien à faire. J'aime avoir des gens à choyer, à câliner, des je t'aime à distribuer tout au long de la journée.

C'est ce qui me manque le plus. Aimer.

C'est moche.

Tout cet amour à donner qui tombe dans l'oubli.